CotationsContact
 
NewsLetter
Recevez tous les mois la synthèse des tendances du marché immobilier
Annonces
LES SUBPRIMES POUR LES NULS 

Le client subprime chez son courtier :

 

- Bonjour Monsieur, je vous en prie asseyez-vous. Que puis-je pour vous ?

- Je voudrais acheter une maison mais je n’ai pas d’apport et je n’ai pas les moyens de payer les mensualités. Pouvez-vous m’aider ?

- Bien sur ! Comme la valeur des maisons ne fait que monter, il n’est pas nécessaire d’avoir un apport. En plus, nous pouvons vous donner un taux d’intérêt vraiment bas. Nous les augmenterons plus tard. Vous verrez, y’a pas de lézard ?

- Vraiment ? Bon alors pas de problème. Hummmh. Il y a autre chose … Mon employeur est un vrai nul et il se pourrait qu’il ne m’ait pas donné de contrat de travail. Ca vous pose un problème ?

- Ha ha ha. Meuh non. Nous pouvons vous obtenir une déclaration bi.don  et vous pourrez y inscrire votre propre emploi et même votre salaire.

- Vous êtes géniaux. Ca fait vraiment plaisir de faire affaire avec des gens comme vous.

- En fait, ce n’est pas nous qui vous prêtons l’argent - une banque le fera – et nous ne faisons pas vraiment attention aux remboursements du prêt. Alors OK ?

- C’est le rêve. Et bien allons-y.

 

Quelques semaines plus tard, à la First Bank :

 

- Je ferais mieux de me débarrasser de tous ces contrats hypothécaires. A force de traîner dans ma poubelle, ils commencent à embaumer mon bureau. Je serai vraiment reconnaissant envers les gars sympas de New York qui les achèteront pour faire de la performance dans leurs portefeuilles magiques. Tiens, je vais tout de suite les appeler.

 

Voyons maintenant ce que font les gars sympas de New York :

 

- Pffff ! Nous ferions mieux fait de nous débarrasser de ces putains de contrats hypothécaires avant qu’ils attirent les mouches.

- Mais, patron, qui va vouloir acheter ces daubes ?

- Réfléchissons un peu. Et si nous créons un titre obligataire et que nous utilisons ces daubes de contrats hypothécaires comme garantie ? On pourrait appeler ça CDO ? Comme ça nous pourrons vendre ces obligations à des investisseurs et nous paieront les coupons avec les intérêts des hypothèques. Qu’en pensez-vous ?

- Mais on ne fait pas un cheval de course avec un bourrin

- Evidemment. Pris individuellement, ces contrats sont de belles daubes ; mais si on les regroupe alors ils deviendront plus présentables. Et vu que les prix des maisons montent toujours, nous n’avons pas beaucoup d’inquiétudes à avoir.

- Je reste circonspect.

- Les nouvelles obligations marcheront comme ça : elles seront fabriquées à partir de trois niveaux (ou tranches) que nous appellerons les « bonnes », les « moins bonnes » et les « pourries ». Si certains des contrats hypothécaires venaient à faillir, alors nous paierons les intérêts en priorité à la « bonne » tranche, puis à la « moins bonne » en deuxième et à la « pourrie » en dernier.

- Je commence à piger. Et comme ceux qui ont investi dans la « bonne » tranche ont pris moins de risques alors nous leur donnerons un intérêt plus faible, n’est ce pas ? Ceux qui ont pris le plus de risques recevront un intérêt plus élevé.

- Exactement. Mais attendez, on peut encore mieux faire. Nous allons acheter des titres très sûre pour les mettre dans la « bonne » tranche. Comme ça, les agences de notation donneront à la tranche la moins risquée un triple A au lieu d’un simple A.

- Génial.

- Rêvons un peu, il se pourrait qu’ils donnent à la tranche « moins bonne » un triple B au lieu d’un B. Par contre, pour la tranche « pourrie », il n’y a absolument aucun espoir. Ce n’est même pas la peine de demander une note vu qu’elle sera forcément négative. 

- Vous êtes un génie boss.

- Oui je sais.

- Mais à qui allons nous vendre ces tranches ?

- Les trouduc de la SEC ne vont pas nous laisser vendre cette daube aux veuves et aux orphelins. Je pense plutôt viser les zinzins.

- Comme qui ?

- Comme les compagnies d’assurances, les banques, les petites villes de Norvège, le conseil d’administration de l’université du Kansas. Bref, à tous ceux qui recherchent une forte sécurité dans leurs investissements.

- Oui mais personne ne va vouloir acheter les tanches « pourries ».

- C’est vrai que personne ne sera assez stupide. Bon, nous allons les garder pour nous-mêmes et comme ça nous bénéficierons d’un joli taux d’intérêt.

- C’est grandiose, mais ce n’est pas en utilisant les contrats hypothécaires comme garantie à de nouveaux titres obligataires que nous allons vraiment nous en débarrasser. Sur le plan comptable, ne devons-nous pas les inscrire sur nos comptes ?

- Non, bien sur que non. Les mecs qui ont écrits les règles comptables nous autorisent à créer une société écran aux Iles Caïman pour y transférer la propriété. La da.ube va être inscrit sur le bilan de cette coquille vide, pas sur le notre. Pour masquer ce tour de passe-passe, nous allons donner le nom fantaisiste de SVP (Special Purpose Vehicle).

- C’est génial, mais pourquoi nous laisseraient-ils faire ça ?

- Nous avons convaincus les autorités qu’il était d’une importance vitale pour la santé du système financier des Etats-Unis que les investisseurs ne sachent rien sur ces transactions complexes et ce qu’il y a derrière.

 

Allons voir comment ça se passe chez les mecs qui ont écrits les règles comptables :

 

- Monsieur, en tant qu’investisseur et citoyen responsable, je vous demande de réformer nos institutions financières  pour y établir la plus grande transparence et la plus grande franchise dans les rapports financiers.

- Vous pouvez compter sur moi.

 

Chez le fond de pension du village norvégien :

 

- Allo la First Bank ?

- Oui, bonjour.

- Salut, nous n’avons pas reçu notre intérêt mensuel.

- Ouais, ça tombe bien que tu appelle mais ce qui se passe ici est complètement dingue. Il semble que les trouducs qui ont souscrit dans les contrats hypothécaires qui financent votre CDO ne sont pas capable de régler leurs dettes.

- Hey. Attendez une minute. Nus avons acheté les «  bonnes » tranches triple A du CDO. Vous savez, la plus sûre. Nous sommes supposés être les premiers à être payés.

- Malheureusement le remboursement des prêts est beaucoup plus difficile que nous le pensons et il y a très peu de cash qui entre. Franchement, je vous assure que nous sommes aussi déçus que vous.

- Oui mais vous m’aviez dit que les prix des maisons montaient toujours et que vos emprunteurs pouvaient toujours refinancer leurs hypothèques.

- C’était une mauvaise prévision. Nous avons merdé. Désolé

- Mon cul, et le triple AAA des agences de notation ?

- Ils ont merdé aussi.

- Mais cette obligation était garantie. Et les assureurs qu’est ce qu’ils font ?

- Vous plaisantez ? Ils n’ont pas suffisamment d’argent de côté pour couvrir ce bordel. Ils ont merdé.

- Bien. C’est super et que suis-je supposé dire à mes villageois ?

- Dis leur que tu as merdé.

 

L'auteur de cette délicieuse et excellente fable si proche et si ressemblante avec la réalité est DICARNO. Il souhaite conserver son anonymat !

 

Indices
ARTICLES LES PLUS LUS
L'immobilier français ne craquera pas !
Depuis bientôt un an, les cours sont à l'horizontal. Tous ceux qui misaient depuis 2004 sur un krach en sont pour leurs frais. 2008 risque encore une fois de décevoir leurs attentes baissières, car le fondement de la hausse passée des prix immobiliers est bien particulier...

Le point sur la bulle du crédit en France et en Europe
La dette a augmenté à un rythme de 17% en 2007 en France pour une croissance d'à peine 2% du PIB. Tout est donc virtuelle ou presque !

Le poids de l'immobilier dans le pouvoir d'achat des français
L'INSEE réalise tous les cinq ans une enquête "BUDGET DE FAMILLE" qui permet de mieux quantifier le poids des différentes dépenses réalisées par les français.

Palmarès Villes
Appartement Maison
Vente Location
Perf. Depuis